> Newsletter

Mars 2016

ON N'A JAMAIS EU AUTANT BESOIN DES JOURNALISTES !

Si les journalistes n'ont plus aujourd’hui le monopole de l'information, leur rôle n'a jamais été aussi essentiel face à la multiplicité des émetteurs et des canaux pour garantir une information fiable et de qualité. L'information de santé grand public si elle est incomplète, voire erronée, peut semer la confusion et avoir des conséquences sur la santé publique. Comment, à l'ère du numérique, garantir la qualité de l'information santé. Une charte de bonne pratique pour tous les émetteurs ? Un label type HON sur Internet ? Un service public "top down" d'information en santé comme annoncé dans la loi de santé ? Ou encore un système d'alerte sur Internet et les réseaux sociaux en cas d'information erronée ? Et si tous les acteurs se réunissaient pour y réfléchir ? A suivre...
En attendant, avec l’Argus de la presse, nous avons mené l'enquête auprès des journalistes santé pour comprendre les nouvelles pratiques de leur métier liées à l'accélération de l'information.

Stéphanie Chevrel
Co-fondateur et DG Capital Image

LES NOUVELLES PRATIQUES DU JOURNALISME DE SANTÉ

RĖSULTATS DE L'ENQUÊTE L'ARGUS DE LA PRESSE/CAPITAL IMAGE EN INFOGRAPHIE

La montée en puissance des sites web et des réseaux digitaux, ces 5 dernières années, a profondément bouleversé les modes de médiatisation et les habitudes de consommation des médias. Pour mieux comprendre les nouvelles pratiques du journalisme de santé, l'Argus de la presse et Capital Image ont enquêté auprès des journalistes traitant des questions de santé, de médecine et de sciences.

En savoir +

LIBERTÉ ET EXIGENCE : MAITRES MOTS DES JOURNALISTES SANTÉ

DAMIEN PHILIPPOT, DIRECTEUR ADJOINT, DÉPARTEMENT OPINION, IFOP

Pour Damien Philippot, "Les journalistes santé ont deux maîtres mots : "liberté" qu'ils revendiquent pour eux-mêmes et appliquent au quotidien aussi bien dans les contenus de l’information que dans l’orientation et le traitement qu’ils lui donnent et "exigence" : analyser, investiguer et mettre l'information en perspective. Ils ont toutefois le sentiment qu'avec la rapidité avec laquelle se diffuse l'information, il existe un manque d'encadrement de l'information santé".

En savoir +

LE MANQUE DE TEMPS ET LA PRECARITE POINTES DU DOIGT PAR LES JOURNALISTES

BARBARA LETSCHER, INTERNATIONAL RELATIONS OFFICER, L'ARGUS DE LA PRESSE

"L’enquête souligne le soin de qualité et de sérieux des journalistes pour un travail réellement qualitatif". En revanche, Barbara Letscher constate que "les journalistes santé se sentent pénalisés par l’environnement métier : le manque de temps, le manque de moyens et la précarité sont vraiment des facteurs d’influence pour pouvoir exercer leur métier. Le manque de temps lié à la pression pour produire une information, à "l'infobésité", pénalise les journalistes ne leur permettant pas toujours de passer le temps nécessaire pour produire une information aboutie".

En savoir +

UNE INFORMATION SANTE EN CONTINU, SOURCE DE DERIVES DE PLUS EN PLUS FREQUENTES

STÉPHANIE CHEVREL, CO-FONDATEUR ET DIRECTEUR GÉNÉRAL DE CAPITAL IMAGE

"Les nouvelles pratiques du journalisme ont considérablement évolué. Autrefois, les médias faisaient la course au scoop, ils avaient ainsi un ou deux jours d’avance sur leurs concurrents ; aujourd’hui, le scoop ne dure que quelques secondes. Les journalistes doivent livrer une information instantanée et en continu qu'ils peuvent ainsi modifier à l'infini donnant naissance à des dérives médiatiques de plus en plus fréquentes. Ceux-ci brouillent les messages délivrés au grand public qui a de plus en plus de difficultés à se faire une opinion", observe Stéphanie Chevrel.

En savoir +

LA PROFUSION D'INFORMATION SANTE, SOURCE DE CONFUSION POUR LE PUBLIC

ENTRETIEN AVEC JEAN-MARIE CHARON, SOCIOLOGUE DES MÉDIAS, INGÉNIEUR D’ÉTUDES CNRS

Pour Jean-Marie Charon, "les informations portant sur les questions de santé sont produites à profusion sans qu'elles soient reliées les unes aux autres. Le public est ainsi régulièrement confronté à une cacophonie sur l'information santé. Le manque de mise en perspective de cette information pose également le problème de sa hiérarchisation. Sa mise à disposition facile et immédiate peut aussi avoir un effet stressant sur le public et créer la confusion."

En savoir +

LES FRANÇAIS ONT SOIF D'INFORMATION SANTE

ENTRETIEN AVEC OLIVIER ROBICHON, RÉDACTEUR EN CHEF, PRESCRIPTION SANTÉ

« Les médias proposent une information santé trop morcelée, compartimentée à l'extrême. On pense d'abord au tiroir dans lequel on va mettre l’information avant de la traiter », explique Olivier Robichon. De plus, « Il faut attirer le lecteur, lui donner l’impression que l’information proposée sur le site est meilleure, plus alarmante que sur le site concurrent. Mais la technique ne marche pas, les Français veulent de l’information pas du "croustillant". "

En savoir +

SAVOIR FAIRE LE TRI POUR GARANTIR UNE INFORMATION FIABLE ET JUSTE

ENTRETIEN AVEC ANNE JEANBLANC, JOURNALISTE SANTÉ AU POINT

"Les informations sortent aujourd’hui à un rythme absolument hallucinant. C’est très difficile, même avec un peu de recul, de faire le tri, d’avoir le bon sujet au bon moment pour être aussi rapide que la concurrence sans écrire d’inepties et de garantir une information parfaitement juste et fiable. Personne ne peut surveiller en permanence la multitude d'informations santé. Il ne peut y avoir une Haute autorité de surveillance", témoigne Anne Jeanblanc.

En savoir +

DE NOUVELLES OPPORTUNITÉS POUR LE JOURNALISME DE SANTÉ

PIERRE SAVARY, DIRECTEUR DE L'ECOLE SUPÉRIEURE DE JOUNALISME DE LILLE

Pour Pierre Savary, " de très grands changements sont en train de s'opérer. Les jeunes journalistes doivent faire face aux évolutions numériques alors que le besoin d'informations recoupées, mises en perspective, sourcées et sérieuses se fait ressentir. Rentrer dans le métier, à ce moment de l’histoire de la profession, doit être une source d’inspiration et de motivation car, avec le numérique, de nombreuses opportunités se présentent dans des champs encore inexplorés."

En savoir +

Vous aussi, suivez-nous sur :
@CapitalImageFr / @s_chevrel / @vaumas

CAPITAL IMAGE au coeur de l'information santé - Agence de Relations publics et Relations média santé
Tél. : + 33 1 45 63 19 00 - info@capitalimage.net - www.capitalimage.net

SANTÉ PUBLIQUE • ENVIRONNEMENT THÉRAPEUTIQUE • CORPORATE • MARQUES & PRODUITS