INFOS SANTÉ  :  SANTÉ PUBLIQUE  •  CORPORATE  •  ENVIRONNEMENT  •  MARQUES ET PRODUITS

Rejoignez-nous sur Twitter  Scoop.It  LinkedIn  Facebook

Sommeil et adolescents : les liaisons dangereuses

Publié le mardi 24 mars 2015
  

Les résultats de l’enquête Ipsos Santé / Fondation Pfizer révèlent que les adolescents ont du mal à se coucher tôt

Les résultats d’une enquête réalisée par Ipsos Santé pour la Fondation Pfizer et dévoilés à l’occasion de la 15ème Journée du Sommeil le 27 mars, révèlent que les adolescents ont du mal à aller se coucher tôt. Plus d’1 jeune sur 2 (53%) déclare avoir des difficultés à aller se coucher le soir et particulièrement ceux qui ont un niveau de bien-être faible* (73%) et 43% ont tendance à se coucher de plus en plus tard.

Les activités des jeunes avant le coucher pourraient en être responsables et plus particulièrement l’utilisation des écrans. «  les écrans sont néfastes : la première raison, c’est la luminosité de l’écran, suffisante pour modifier la sécrétion de mélatonine, la perception même de la somnolence. La seconde est que cela maintient un degré de veille et d’excitation qui n’est pas compatible avec l’endormissement. L’adolescent ne va pas écouter ses signaux internes, il va les forcer et ainsi rater ses cycles propices à l’endormissement, ce qui va le décaler d’une heure et demie », explique le Dr Olivier Pallanca psychiatre neurophysiologiste, Hôpital la Pitié-Salpêtrière.

Les résultats de l’enquête attirent l’attention sur des pratiques préoccupantes pour des adolescents avant de s’endormir. 1 sur 5 déclare fumer une cigarette avant d’aller se coucher (19%), 15% boivent de l’alcool et 7% fument un joint. Cette proportion est plus importante chez les jeunes avec un niveau de bien-être faible* que chez ceux qui se sentent bien dans leur peau. 25% des ados allant mal fument une cigarette contre 12% chez ceux qui vont bien, 16% boivent de l’alcool contre 11% qui vont bien. « Ce type de pratiques traduit soit un problème primaire de sommeil, soit un niveau d’anxiété élevé. Ces chiffres sont d’autant plus préoccupants si la personne est seule dans sa chambre », estime le Dr Olivier Pallanca.

Malgré cette forte sollicitation des écrans et le recours à des produits addictifs avant de s’endormir, le tableau n’est pas tout noir et une frange non négligeable des adolescents a aussi recours à des activités moins excitatrices.

Pour recevoir le communiqué de presse, contactez : info@capitalimage.net 

Pour plus informations et conseils pratiques pour les adolescents et leurs parents > ICI

Marquer les esprits, faire évoluer les comportements
Toutes les actualités de l'agence de RP santé Capital Image
breve_infosante2.jpg
Une étude Ifop/Capital Image révèle que 54% des Français déclarent être de plus en plus préoccupés par les questions de santé
visuelMCCbis.jpg
Depuis 2006, Mécénat Chirurgie Cardiaque a formé une centaine de médecins francophones originaires des pays d’où viennent les enfants opérés par l’Association.
guillaume-de-durat2.jpg
Rencontre avec Guillaume de Durat, e-influenceur de la e-santé et initiateur de l’Université d’été des Déserts numériques et Médicaux.
Fédération Nationale de l'Information Médicale
Membre de la FNIM
Acteurs de santé
Abbvie ACCESSIBLE CONSEIL AF3M AFA AFPSSU AFRAVIH AFSOS Air Liquide AMFE AMGEN ANRS APIDIM ARIIS Association France-Côlon BAYER Bayer HealthCare Bristol Meyer CFLHTA CIMA Collectif K EDF Ferring FFAAIR Fondation PFIZER Fondation Stallergenes GSK GSK Santé Grand Public Hôpital Américain de Paris Hospira HTA - Société Française d'Hypertension Artérielle HTAP LEO Pharma Lilly LIR MERCK SERONO MSF OTSUKA SNADOM STALLERGENES Trophées e-santé 2015 UNASDOM SANTE Unilever Université e-santé 2015 upsa VIDAL Viiv Healthcare WELCOOP
CAPITAL IMAGE au coeur de l'info santé - Agence de Relations Publiques et Relations Média Santé
86, avenue des Ternes - 75017 Paris - Tél. : + 33 1 45 63 19 00 - Fax : + 33 1 45 63 19 25