INFOS SANTÉ  :  SANTÉ PUBLIQUE  •  CORPORATE  •  ENVIRONNEMENT  •  MARQUES ET PRODUITS

Rejoignez-nous sur Twitter  Scoop.It  LinkedIn  Facebook

Journée Nationale de lutte contre l'Hypertension Artérielle

Publié le lundi 14 décembre 2015
  

A l’occasion de la Journée Nationale de Lutte contre l’Hypertension Artérielle (HTA), le 16 décembre, le Comité Français de Lutte contre l’Hypertension Artérielle (CFLHTA) présente les résultats de son étude FLAHS 2015 menée par Kantar Health auprès de plus de 6 000 Français âgés de 55 ans et plus. Le Docteur Bernard Vaïsse, président du Comité Français de Lutte contre l’HyperTension Artérielle (CLFTHA), cardiologue à l’Hôpital de la Timone, Marseille, revient sur les principaux résultats de cette étude.

Plus d’1 hypertendu de 55 ans et plus sur 2 contrôlé
FLAHS 2015 a été fait en partenariat avec le Comité Français de Lutte contre l’HyperTension Artérielle (CLFTHA). Cette année, cette étude s’est focalisée sur des sujets âgés de 55 ans et plus car l’hypertension artérielle, en France, touche essentiellement les personnes de 60-70 ans. L’auto-mesure tensionnelle a été choisie comme élément de vérification de la pression artérielle. Les résultats de l’étude révèle que 55% des hypertendus traités de 55 ans et plus sont contrôlés en France.

Une pratique de l’auto-mesure en hausse
L’auto-mesure tensionnelle a 10 ans d’existence. Dans FLAHS 2015, 44% des hypertendus traités de 55 ans et plus ont un appareil d’auto-mesure. Une réelle évolution est visible. En 10 ans, cette pratique est passée de 30%, à 40% puis maintenant à 45% des hypertendus traités. Cette progression s’explique notamment par la mise en place des recommandations française et européenne mais aussi par l’action de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie (CNAM). Cette dernière distribue, depuis 2013, un appareil d’auto-mesure à tous les médecins généralistes afin qu’ils le prêtent à leurs nouveaux patients hypertendus pour prendre leur tension artérielle avant de venir en consultation. Ce dispositif, promu par les médecins généralistes, permet ainsi d’éliminer l’effet « blouse blanche » et d’éviter la prescription inutile de médicaments.

Une baisse de prescription des monothérapies au profit des bi- et trithérapies
Depuis dix ans, les monothérapies diminuent passant de 55% de patients traités en 2005 à 40% en 2015. L’hypertension est une maladie plurifactorielle : l’âge, le vieillissement des artères, l’hérédité, le sel, le système nerveux… Un médicament ne peut pas tout traiter. Il faut associer pour améliorer le contrôle. Dans FLAHS 2015, 35%  des hypertendus de 55 ans et plus sont traités avec une bithérapie et 15%, avec une trithérapie.
Outre l’amélioration de la prescription du traitement, les patients hypertendus traités de 55 ans et plus consultent davantage leur médecin généraliste, en moyenne 4 fois par an. Quant au spécialiste, 46% des hypertendus traités l’ont consulté une fois ces 12 derniers mois (contre 19% des non traités). Le nombre de consultations chez le cardiologue est un vrai progrès car l’enquête de la CNAM en 2007 indiquait que seulement 8% des hypertendus traités s’y rendaient dans l‘année. Ceci est positif car lorsque l’hypertension résiste, le cardiologue peut aider le praticien généraliste à chercher la bonne bithérapie ou trithérapie.

Une observance parfaite des hypertendus à améliorer
L’observance complète est un problème pour toutes les maladies chroniques ; elle est de l’ordre de 60%  pour les patients souffrant d’hypertension artérielle. C’est similaire pour les personnes atteintes de diabète ou d’hypercholestérolémie. L’observance passe par la relation médecin-patient et l’éducation. Si le patient comprend ce qu’est l’hypertension, pourquoi la traite-t-on, comment la traite-t-on et pendant combien de temps, il augmente son observance parfaite.
L’hypertension artérielle est une maladie silencieuse. En 20 ans, les décès par Accidents Vasculaires Cérébraux (AVC) ont été divisés par 4 en France grâce aux traitements contre l’hypertension artérielle. Les hypertendus ne doivent donc pas avoir peur des médicaments prescrits car ils sont des prolongateurs de vie. Savoir utiliser ces médicaments correctement et suivre sa pression artérielle grâce à l’auto-mesure permettent aux patients de vivre normalement en bonne santé et pour longtemps.

Source : FLAHS 2015 : baromètre de l’hypertension en France réalisé par Kantar Health à la demande du CFLHTA – échantillon de 6379 sujets âgées de 55 ans et plus dont 1724 individus traités disposant d’appareil d’auto-mesure – enquête réalisée en juin – juillet 2015,  en France métropolitaine.

Retrouvez toutes les interviews sur Acteurs de Santé : ICI

En savoir plus : ICI

Marquer les esprits, faire évoluer les comportements
Toutes les actualités de l'agence de RP santé Capital Image
E_sante_Pays_sud.jpg
A l'occasion de l’Université d’été de la e-santé qui a eu lieu à Castres du 1er au 3 juillet 2015, la Fondation Pierre Fabre a dévoilée son projet
pr-schlumberger.jpg
Interview du Pr Martin Schlumberger, membre du Conseil Scientifique Santé et Energies d’EDF pour la Web TV "Radioactivité et santé".
Ress_3.jpg
Les acteurs de la santé témoignent de leur participation à la 25ème édition du Festival de la Communication Santé qui s'est déroulé le 28 et 29 novembre 2014.
Fédération Nationale de l'Information Médicale
Membre de la FNIM
Acteurs de santé
Abbvie ACCESSIBLE CONSEIL AF3M AFA AFPSSU AFRAVIH AFSOS Air Liquide AMFE AMGEN ANRS APIDIM ARIIS Association France-Côlon BAYER Bayer HealthCare Bristol Meyer CFLHTA CIMA Collectif K EDF Ferring FFAAIR Fondation PFIZER Fondation Stallergenes GSK GSK Santé Grand Public Hôpital Américain de Paris Hospira HTA - Société Française d'Hypertension Artérielle HTAP LEO Pharma Lilly LIR MERCK SERONO MSF OTSUKA SNADOM STALLERGENES Trophées e-santé 2015 UNASDOM SANTE Unilever Université e-santé 2015 upsa VIDAL Viiv Healthcare WELCOOP
CAPITAL IMAGE au coeur de l'info santé - Agence de Relations Publiques et Relations Média Santé
86, avenue des Ternes - 75017 Paris - Tél. : + 33 1 45 63 19 00 - Fax : + 33 1 45 63 19 25