INFOS SANTÉ  :  SANTÉ PUBLIQUE  •  CORPORATE  •  ENVIRONNEMENT  •  MARQUES ET PRODUITS

Rejoignez-nous sur Twitter  Scoop.It  LinkedIn  Facebook

« Nouvelles pratiques de l’information de santé », Enquête l’Argus de la presse / Capital Image 2015

Publié le samedi 26 décembre 2015
  

Le numérique bouleverse l’information santé
La montée en puissance des nouveaux médias et des réseaux digitaux a profondément bouleversé les modes de médiatisation et les habitudes de consommation de l’information. Les journalistes n’ont jamais eu accès à autant de données et nous n’avons, paradoxalement, jamais eu une information aussi uniforme. Par ailleurs, l’information de santé traitée de façon instantanée et en continu, immédiatement reprise par l’ensemble des médias à l’identique, sans vérification systématique, entraine de plus en plus fréquemment un certain nombre de dérives, brouillant considérablement les messages de santé publique et pouvant même entrainer des changements dans le comportement des patients ou des citoyens. Pour comprendre cette situation et tenter d’envisager des solutions s’appuyant sur les opportunités de cette nouvelle information, l’Argus de la presse et Capital Image ont mené une enquête sur « Les nouvelles pratiques du journalisme de santé » auprès des journalistes concernés.

Trop peu de temps pour faire le tri et proposer le bon sujet
« Les informations sortent aujourd’hui à un rythme effréné. Je reçois 150 mails par jour avec parfois des propositions intéressantes, parfois des études scientifiques pertinentes dans des revues dignes de ce nom ou au contraire des sujets qui ne mériteraient pas d’être poussés. C’est très difficile de faire le tri et d’avoir le bon sujet au bon moment pour aller aussi vite que la concurrence en n’écrivant pas trop d’inepties », Anne Jeanblanc, journaliste, Le Point.

De moins en moins de journalistes et de plus en plus de supports
« La modification des modèles économiques conduit mécaniquement à une diminution du nombre de journalistes, mais à une augmentation du nombre de supports. Un journaliste qui hier travaillait pour un support bien déterminé est de plus en plus sollicité pour intervenir sur une chaine de supports. Les ‘’rubricards’’[1] sont ainsi en train de s’effacer au profit de journalistes généralistes », Jean-Marie Charon, sociologue des médias, ingénieur d’études CNRS. 

Une information en continu qui donne lieu à des dérives de plus en plus fréquentes
« Une information peut être publiée de façon instantanée sans avoir été vérifiée au préalable, sans que le journaliste ait toujours pu prendre le temps de croiser ses sources et de recueillir l’avis des experts. Mais, l’information en continu permet aussi, s’il y a une erreur ou si les données sont incomplètes, d’effectuer des modifications dans la même instantanéité. C’est ce qui explique aussi le nombre croissant de dérives médiatiques », Stéphanie Chevrel, Co-fondateur et DG, Capital Image. 

Le Français veut de l'information, pas du "croustillant"
« La multiplication des sites internet en matière de santé a augmenté la concurrence. Il faut attirer le lecteur, lui proposer une information plus alarmante que sur les sites concurrents, mais le nombre de lecteurs santé ne s’est pas démultiplié avec le développement de ces nouveaux médias. C’est bien la preuve que la technique ne marche pas. Le Français veut de l’information, pas du croustillant ! », Olivier Robichon, Rédacteur en chef, Prescription santé 

L’image du journaliste à la ‘’Tintin reporter’’ est révolue
« L’image que se fait le public du métier de journaliste, façon « Tintin reporter », ne correspond plus du tout à la réalité. Les journalistes sont parfois déçus de travailler davantage derrière un bureau plutôt que sur le terrain, d’avoir moins de temps pour investiguer. Soucieux d’expliquer et d’analyser les questions de santé, leur plus grande amertume concerne le manque de temps pour traiter, sourcer et mettre en perspective l’information qu’ils vont publier », Barbara Letscher, l’Argus de la Presse.

De nouvelles opportunités pour le journalisme de santé
« Arriver maintenant dans la profession en pleine évolution peut sembler inquiétant, c’est parfaitement compréhensible, mais de nombreuses opportunités se présentent aussi dans des champs non encore explorés. Le besoin d’informations recoupées, mises en valeur, en perspective, sourcées, sérieuses…, va continuer à exister. La forme et les canaux vont changer. Nous vivons une période de forte création », Pierre Savary, Directeur de l’Ecole Supérieure de Journalisme (ESJ) de Lille

Nous vous donnons rendez-vous en 2016 pour découvrir les résultats de l’enquête menée par l’Argus de la presse et Capital Image.
Source : Enquête Capital Image/l’Argus de la Presse « Les nouvelles pratiques du journalisme en santé » réalisée auprès de 1 854 journalistes santé/médecine/sciences dont 101 répondants par questionnaire auto-administré en ligne, du 16 juin au 1er octobre 2015.


[1] Les "rubricards’’ sont les journalistes spécialisés dans un domaine

Pour en savoir plus sur le Festival de la Communication de Deauville : ICI

Plus d’information sur l’Argus de la presse : ICI

Retrouvez d'autres vidéos sur Acteurs de Santé : ICI

Retrouvez les interviews vidéos : ICI

 

Marquer les esprits, faire évoluer les comportements
Toutes les actualités de l'agence de RP santé Capital Image
Pr-Jean-Lacau-Saint-Guily.jpg
Itw du Pr Jean Lacau Saint-Guily, réalisée à l'occasion de la diffusion des résultats du 2ème baromètre des soins oncologiques de support.
Lemitre.jpg
Explications avec Samuel Lemitre, psychologue, Directeur EIDO Centre de soins des Traumatismes et des Violences.
OlivierRobichon3.jpg
Les relations de confiance que nous entretenons de longue date avec les journalistes n'auront jamais été aussi importantes à l'heure de "l'infobésité"...
Fédération Nationale de l'Information Médicale
Membre de la FNIM
Acteurs de santé
Abbvie ACCESSIBLE CONSEIL AF3M AFA AFPSSU AFRAVIH AFSOS Air Liquide AMFE AMGEN ANRS APIDIM ARIIS Association France-Côlon BAYER Bayer HealthCare Bristol Meyer CFLHTA CIMA Collectif K EDF Ferring FFAAIR Fondation PFIZER Fondation Stallergenes GSK GSK Santé Grand Public Hôpital Américain de Paris Hospira HTA - Société Française d'Hypertension Artérielle HTAP LEO Pharma Lilly LIR MERCK SERONO MSF OTSUKA SNADOM STALLERGENES Trophées e-santé 2015 UNASDOM SANTE Unilever Université e-santé 2015 upsa VIDAL Viiv Healthcare WELCOOP
CAPITAL IMAGE au coeur de l'info santé - Agence de Relations Publiques et Relations Média Santé
86, avenue des Ternes - 75017 Paris - Tél. : + 33 1 45 63 19 00 - Fax : + 33 1 45 63 19 25