INFOS SANTÉ  :  SANTÉ PUBLIQUE  •  CORPORATE  •  ENVIRONNEMENT  •  MARQUES ET PRODUITS

Rejoignez-nous sur Twitter  Scoop.It  LinkedIn  Facebook

Les médias ne traitent pas suffisamment l’information santé en profondeur

Publié le mardi 9 février 2016
  

A l'occasion de l’enquête menée par Barbara Letscher et Stéphanie Chevrel « Les nouvelles pratiques du journalisme de santé », l’Argus de la presse et Capital image ont été à la rencontre des participants du Festival de la Communication Santé 2015, pour recueillir leurs impressions sur le traitement actuel de l’information santé. L’ensemble des réflexions des différents acteurs de la santé est diffusé sur le site de l’Observatoire de l’Information Santé.

Une information santé trop superficielle
Pour Marie-Paule Serre, spécialiste des relations entre droit et marketing des produits de santé (Université Pierre et Marie Curie) et présidente du Jury Communication Santé Publique du Festival de la Communication Santé, « les médias grand public sont des relais indispensables pour faire passer un certain nombre de messages. Mais aujourd’hui, il est clair que la préoccupation des médias est de faire de l’audience plutôt que de diffuser des sujets de fond et analysés. Ce traitement de l’information santé est préoccupant car il crée une défiance du grand public vis-à-vis des acteurs de la santé tels que les médecins, les laboratoires, les médicaments. Les journalistes santé, comme tous les journalistes - et de façon plus large comme beaucoup de professionnels - vont trop vite en besogne et s’attachent à la répétition des informations déjà diffusées auparavant ».

Ne pas donner de faux espoirs aux patients
Pour Catherine Cerisey, co-fondatrice de Patients & Web, Vice-présidente de Cancer Contribution,« lors de l’ASCO (Congrès annuel aux USA) qui est la grande messe de la cancérologie, des innovations sont présentées, mais les médias abordent ces sujets sans toujours prendre de précaution. La communication grand public en santé est sensible, délicate. L’information erronée peut donner de faux espoirs aux malades. Les journalistes doivent faire attention à la façon dont ils traitent l’information grand public. » 

Gare aux rumeurs dans les médias grand public
« Sur le sujet de la vaccination, par exemple, certains articles traitent l’information de manière totalement insatisfaisante. Un certain nombre de fausses informations diffusées mériteraient d’ailleurs un droit de réponse de la part des experts. Les articles de qualité sont publiés dans des quotidiens médicaux comme le Quotidien du Médecin, mais de façon générale dans les journaux de vulgarisation, les arguments pour/contre sont malmenés et les rumeurs sont mal étayées », insiste le Dr Anne-Sophie Ronnaux-Barron, médecin coordinateur des activités des centres de santé et de prévention, présidente du projet « Immuniser Lyon ». 

Organiser des débats dans les régions
« Aujourd’hui, la question de la santé est traitée sous deux axes : un axe extrêmement spécialisé, plutôt dans les médias CSP+ ou les médias d’opinion dans lesquels l’information abordée réclame une bonne connaissance, un vrai suivi de tous les sujets qui s’y rapportent ; et un axe grand public, plus généraliste où l’information porte sur des questions concernant davantage le bien-être que réellement la santé. Or cette information santé est extrêmement nécessaire. Elle devrait faire l’objet de plus d’informations, de plus de communication et de plus d’engagement auprès de la population. Par exemple, les ARS (Agences régionales de santé) devraient instaurer un certain nombre de sujets de santé comme la vaccination dans un débat participatif avec la population », affirme Claire Compagnon, présidente de l’Office National d’Indemnisation des Accidents Médicaux (ONIAM) et présidente du jury "Communication au profit d’une association" du Festival de la Communication Santé. 

Ces interviews ont été réalisées lors de la 27ème édition du Festival de la Communication Santé à l'occasion de l'enquête sur « Les nouvelles pratiques du journalisme de santé » menée par l’Argus de la presse et Capital Image en 2015.

En savoir plus sur le Festival de la Communication ICI

Retrouvez l’ensemble des interviews sur l’Observatoire de l’Information Santé

Marquer les esprits, faire évoluer les comportements
Toutes les actualités de l'agence de RP santé Capital Image
cribier.png
Interview du Professeur Alain Cribier, Cardiologue au CHU Rouen.
cecilelionel.jpg
Dr Cécile Monteil & Lionel Reichardt : Santé connectée. La fable du geek et du médecin au Festival de la Communication Santé.
pascaldegroote1.jpg
Entretien avec le Dr Pascal de Groote, responsable du service de cardiologie, CHRU Lille.
Fédération Nationale de l'Information Médicale
Membre de la FNIM
Acteurs de santé
Abbvie ACCESSIBLE CONSEIL AF3M AFA AFPSSU AFRAVIH AFSOS Air Liquide AMFE AMGEN ANRS APIDIM ARIIS Association France-Côlon BAYER Bayer HealthCare Bristol Meyer CFLHTA CIMA Collectif K EDF Ferring FFAAIR Fondation PFIZER Fondation Stallergenes GSK GSK Santé Grand Public Hôpital Américain de Paris Hospira HTA - Société Française d'Hypertension Artérielle HTAP LEO Pharma Lilly LIR MERCK SERONO MSF OTSUKA SNADOM STALLERGENES Trophées e-santé 2015 UNASDOM SANTE Unilever Université e-santé 2015 upsa VIDAL Viiv Healthcare WELCOOP
CAPITAL IMAGE au coeur de l'info santé - Agence de Relations Publiques et Relations Média Santé
86, avenue des Ternes - 75017 Paris - Tél. : + 33 1 45 63 19 00 - Fax : + 33 1 45 63 19 25