INFOS SANTÉ  :  SANTÉ PUBLIQUE  •  CORPORATE  •  ENVIRONNEMENT  •  MARQUES ET PRODUITS

Rejoignez-nous sur Twitter  Scoop.It  LinkedIn  Facebook

Les maisons et pôles de santé, une meilleure organisation des soins sur le territoire

Publié le lundi 11 janvier 2016
  

Une meilleure accessibilité et qualité des soins pour les patients
Les maisons et les pôles de santé contribuent à un changement assez important du système de l’offre de soins et plus particulièrement des soins primaires. L’évolution des maisons de santé pluri-professionnelles se caractérise essentiellement par un exercice en équipe. Nous sommes, en effet, en train de passer d’un exercice de type presque artisanal, individuel et mono-catégoriel en termes de profession, à un exercice en équipe, pluri-catégoriel, pluri-professionnel regroupé dans des structures.

Passer de l’exercice isolé à un exercice en équipe a des conséquences immédiates :
-      une meilleure accessibilité aux soins pour la population. Lorsque le médecin est seul, il ne peut pas être là 24/24, 7/7j et 52 semaines par an. Un professionnel seul peut difficilement assurer la même accessibilité aux soins que toute une équipe ;
-      une amélioration de la qualité des soins : la mise en place d’une équipe permet le regroupement de compétences et de savoir-faire beaucoup plus larges ;
-      des économies pour le système de santé : les maisons de santé entrainent une réduction des recours à des soins externes comme une hospitalisation et ainsi, une amélioration de l’économie générale du système de soins. Cet aspect économique que les patients ne voient pas toujours est également un élément essentiel : pour la Nation, il est préférable de développer des structures de soins qui gèrent plus d’économies.

Une meilleure qualité de vie pour les professionnels de santé
Les maisons de santé assurent aux professionnels de santé une bien meilleure qualité de vie : à plusieurs, ils peuvent beaucoup mieux organiser leur vie personnelle ; leur qualité de vie professionnelle est également améliorée. Quand tout à coup, il faut faire face à des difficultés ou lever le pied pour des raisons personnelles, le travail en équipe permet de répondre à ces enjeux. 

Des maisons de santé à des mini-cliniques de soins primaires
Les maisons de santé sont des structures qui répondent aux défis posés par le système de santé parce que justement, elles sont en train de passer d’un système de type quasiment artisanal à un système qu’on pourrait presque qualifier d’industriel. J’ai, par exemple, transformé ma structure qui était un cabinet individuel en un cabinet de groupe, puis le cabinet de groupe en une maison médicale, puis la maison médicale en maison de santé… Il est probable que nous allons évoluer comme cela jusqu’à la création sur le territoire de véritables mini-cliniques de soins primaires sans hébergement qui permettront aux patients d’accéder beaucoup plus facilement aux soins qu’aujourd’hui.

20% des professionnels de santé travailleront dans des maisons, pôles ou centres de santé en 2017
Il existe, en France, entre 700 et 800 maisons et pôles de santé auxquels il faut ajouter les 400 centres de santé qui ont un autre mode de fonctionnement managérial. On peut dire qu’à peu près 10% des professionnels de santé en France aujourd’hui travaillent dans des équipes qu’elles soient libérales ou qu’elles fonctionnent sur des modèles de type « salarial ». C’est une courbe exponentielle assez impressionnante lorsqu’on se rappelle qu’en 2006, il devait y avoir moins de 10 maisons de santé libérales en France, et qu’on en compte près de 800 en 2015. Le nombre de projets en développement me fait penser qu’avant début 2017, 20% de professionnels de santé libéraux travailleront dans des structures de santé de ce type.

Retrouvez l’ensemble des interviews sur Acteurs de Santé
En savoir plus, www.pfizer.fr
Plus d’informations sur les maisons de santé ICI

 

Marquer les esprits, faire évoluer les comportements
Toutes les actualités de l'agence de RP santé Capital Image
Pr-Stalder-psoriasis.jpg
Un patient, atteint de psoriasis, a du mal à évaluer sa maladie.
Marc_Antoine_Crocq_DSM_5.jpg
DSM-5 : publication de la version française de l'ouvrage de référence de l'Association Américaine de Psychiatrie
Fédération Nationale de l'Information Médicale
Membre de la FNIM
Acteurs de santé
Abbvie ACCESSIBLE CONSEIL AF3M AFA AFPSSU AFRAVIH AFSOS Air Liquide AMFE AMGEN ANRS APIDIM ARIIS Association France-Côlon BAYER Bayer HealthCare Bristol Meyer CFLHTA CIMA Collectif K EDF Ferring FFAAIR Fondation PFIZER Fondation Stallergenes GSK GSK Santé Grand Public Hôpital Américain de Paris Hospira HTA - Société Française d'Hypertension Artérielle HTAP LEO Pharma Lilly LIR MERCK SERONO MSF OTSUKA SNADOM STALLERGENES Trophées e-santé 2015 UNASDOM SANTE Unilever Université e-santé 2015 upsa VIDAL Viiv Healthcare WELCOOP
CAPITAL IMAGE au coeur de l'info santé - Agence de Relations Publiques et Relations Média Santé
86, avenue des Ternes - 75017 Paris - Tél. : + 33 1 45 63 19 00 - Fax : + 33 1 45 63 19 25