INFOS SANTÉ  :  SANTÉ PUBLIQUE  •  CORPORATE  •  ENVIRONNEMENT  •  SOCIAL MEDIAS

Rejoignez-nous sur Twitter  Scoop.It  LinkedIn  Facebook

Le numérique et l'information santé

Publié le vendredi 18 décembre 2015
  
StephanieChevrel2.jpg

Une accélération des modes de médiatisation
Lorsqu’on analyse l’histoire de l’information santé des années 1950 à 2000, on constate que l’évolution s’est faite assez naturellement en fonction des grandes avancées médicales, puis des scandales sanitaires et du sida, et ensuite de la montée en puissance des associations de patients. Avec l’arrivée d’Internet en 1996, sont apparus les premiers sites Internet santé, dont en 2000 le site Doctissimo ; les sites des journaux d’actualité  - quotidiens, news magazines - vont mettre un peu plus de temps à arriver sur Internet. Mais c’est plus encore le développement et la montée en puissance des réseaux sociaux qui depuis cinq ans ont bouleversé les modes de médiatisation.

Le numérique bouleverse l’organisation des rédactions et le fonctionnement des médias établis 
Des quotidiens jonglent aujourd’hui très bien avec leurs versions papier et leur web. Au Monde par exemple, certains articles sont postés le soir sur le Web, puis analysés le lendemain dans le quotidien ; d’autres sont postés sur le Web simultanément à leur sortie papier ; d’autres encore ne sont publiés que sur le Web. Enfin, certains articles postés sur le Web ne sont accessibles qu’aux abonnés (la Matinale). Les équipes « papier » et « web » travaillent ensemble et cela se sent bien. Sur le plan international, le New York Times a annoncé cet été son million d’abonnés payants tandis que le quotidien canadien « La Presse » n’est plus aujourd’hui diffusé que sur Internet, Lapresse.ca, preuve que des éditions médias sur Internet peuvent fonctionner.

Un tweet de journaliste est un gage de sérieux
Dans l’enquête que nous venons de mener avec l'Argus de la Presse, plus de la moitié des journalistes disent être connectés, mais lorsqu'on leur demande combien ils ont de "followers", ils déclarent en avoir entre 100 et 200..., ce qui est très peu. Certains s'en servent comme d'une veille pour se tenir informés ; d'autres twittent une information renvoyant sur leur média avec un papier/un sujet qu'ils ont réalisé. La troisième étape pour les journalistes serait qu'ils réagissent à l’actualité, notamment en cas de fortes dérives médiatiques, et qu'ils rentrent dans le débat, de façon pédagogique. Très peu de journalistes sont aujourd'hui dans cette réactivité et cet échange quotidien. C'est important pour un journaliste d’avoir un compte Twitter, de tweeter ses papiers, de développer le nombre de ses abonnés. Un tweet de journaliste est un gage de sérieux, cela donne aussi au journaliste et à son média une place d'influence sur la toile. Il serait utile que les journalistes soient davantage présents car ils ont toute leur place légitime sur Twitter, tout comme les médecins, les chercheurs, les autorités de santé et les institutions. Ils pourraient désamorcer bon nombre d’informations de santé erronées et garantir une information plus fiable et vérifiée sur les réseaux sociaux.

Interview réalisée dans le cadre de l'enquête sur « Les nouvelles pratiques du journalisme de santé » menée par l’Argus de la presse et Capital Image, 2015.

Pour en savoir plus sur Capital Image : ICI

En sa voir plus sur l'Argus de la presse : ICI

Retrouvez les interviews vidéos : ICI

Marquer les esprits, faire évoluer les comportements
Toutes les actualités de l'agence de RP santé Capital Image
qu-est-ce-que-l-allergie.jpg
Support pédagogique pour sensibiliser aux allergies les infirmières scolaires et les élèves
Mayoly_depeche_web.jpg
Entretien avec Stéphane Thiroloix, directeur général des Laboratoires Mayoly-Spindler.
jeanpierreolie2.jpg
"L’hypocondriaque peut se construire sa propre théorie de la maladie et des traitements. Il est en difficulté pour écouter et l’entourage est dérouté."
Fédération Nationale de l'Information Médicale
Membre de la FNIM
Acteurs de santé
Abbvie ACCESSIBLE CONSEIL AF3M AFA AFPSSU AFRAVIH AFSOS Air Liquide AMFE AMGEN ANRS APIDIM ARIIS Association France-Côlon BAYER Bayer HealthCare Bristol Meyer CFLHTA CIMA Collectif K EDF Ferring FFAAIR Fondation PFIZER Fondation Stallergenes GSK GSK Santé Grand Public Hôpital Américain de Paris Hospira HTA - Société Française d'Hypertension Artérielle HTAP LEO Pharma Lilly LIR MERCK SERONO MSF OTSUKA SNADOM STALLERGENES Trophées e-santé 2015 UNASDOM SANTE Unilever Université e-santé 2015 upsa VIDAL Viiv Healthcare WELCOOP
CAPITAL IMAGE au coeur de l'info santé - Agence de Relations Publiques et Relations Média Santé
86, avenue des Ternes - 75017 Paris - Tél. : + 33 1 45 63 19 00 - @s_chevrel