INFOS SANTÉ  :  SANTÉ PUBLIQUE  •  CORPORATE  •  ENVIRONNEMENT  •  MARQUES ET PRODUITS

Rejoignez-nous sur Twitter  Scoop.It  LinkedIn  Facebook

Cancérologie : les traitements ne représentent pas la part la plus importante des dépenses de santé

Publié le jeudi 4 février 2016
  

A l’occasion des Rencontres de la Cancérologie Françaises 2015 (RCFr) qui se sont déroulées le 15 et 16 décembre à Paris, le Professeur Véronique Trillet-Lenoir, cancérologue, CHU de Lyon et Présidente des Rencontres de Cancérologie Française 2015, est revenue sur les coûts générés par les nouveaux traitements en cancérologie et sur le refus des cancérologues à définir les critères d’accessibilité des patients aux molécules innovantes.

Fixer le prix des traitements en fonction de leur efficacité
Le cancer est devenu, depuis une dizaine d’années, une maladie chronique grâce à la mise sur le marché de molécules dont malheureusement un trop faible nombre guérit complètement les malades, mais dont l’utilisation en combinaison et en séquence permet d’augmenter de façon très significative la survie. Les impacts financiers sont dus à la fois au coût de ces médicaments et de l’allongement de la vie, c’est-à-dire au coût de la durée de ces traitements. Le débat porte sur les modalités de fixation du prix. Cette fixation doit être juste et transparente, elle ne peut pas être seulement effectuée en fonction de la solvabilité du système et doit absolument prendre en compte l’efficacité des traitements. Ce prix doit être négocié au niveau de l’Etat et très probablement des Etats, puisque le problème est mondial. Le médicament et son coût ne représentent pas la part la plus importante des coûts de santé, ni même des coûts de cancérologie. Par ailleurs, la croissance est exponentielle donc il y a un certain nombre de points forts autour desquels il y a un débat. Les priorités de santé et les visions médico-économiques des uns et des autres y sont abordées. Nous voulons générer ces débats et faire en sorte que les choses avancent en concertation.

Le refus des cancérologues à déterminer les critères d’accessibilité des patients aux molécules innovantes
Les médecins cancérologues ne souhaitent pas être ceux sur lesquels des décisions graves et sociétales vont reposer, c’est-à-dire que si l’accès à un médicament est réservé à certains patients, alors c’est une société toute entière qui doit définir les critères d’accessibilité. Ce n’est certainement pas une décision que doit prendre seul le cancérologue.

RCFr, en savoir plus www.rcfr.eu

Cancers, les défis de l’innovation, en savoir plus ICI

Retrouvez toutes les interviews sur Acteurs de Santé

Marquer les esprits, faire évoluer les comportements
Toutes les actualités de l'agence de RP santé Capital Image
Pallanca.jpg
Les résultats de l’enquête Ipsos Santé / Fondation Pfizer révèlent que les adolescents ont du mal à se coucher tôt.
alainbonafe.png
Interview du Pr Alain BONAFÉ - neuroradiologue.
audry.png
Témoignage d'Antoine Audry, Président de l’APIDIM, l'Association pour la Promotion de l'Innovation des Dispositifs Médicaux.
Fédération Nationale de l'Information Médicale
Membre de la FNIM
Acteurs de santé
Abbvie ACCESSIBLE CONSEIL AF3M AFA AFPSSU AFRAVIH AFSOS Air Liquide AMFE AMGEN ANRS APIDIM ARIIS Association France-Côlon BAYER Bayer HealthCare Bristol Meyer CFLHTA CIMA Collectif K EDF Ferring FFAAIR Fondation PFIZER Fondation Stallergenes GSK GSK Santé Grand Public Hôpital Américain de Paris Hospira HTA - Société Française d'Hypertension Artérielle HTAP LEO Pharma Lilly LIR MERCK SERONO MSF OTSUKA SNADOM STALLERGENES Trophées e-santé 2015 UNASDOM SANTE Unilever Université e-santé 2015 upsa VIDAL Viiv Healthcare WELCOOP
CAPITAL IMAGE au coeur de l'info santé - Agence de Relations Publiques et Relations Média Santé
86, avenue des Ternes - 75017 Paris - Tél. : + 33 1 45 63 19 00 - Fax : + 33 1 45 63 19 25